Catalogue

Nouveautés (extrait)

LA PEUR

On se met à leur place et on se laisse aller dans cette peur qui prend aux tripes pendant plus d’une heure de spectacle. La peur qui est le quatrième personnage de la pièce. Un personnage invisible et pourtant palpable, une sorte de Horla qui nous touche tous.

La pièce est quasiment hitchcokienne. On est presque huis clos, sans répit, sans moyen de s’échapper. On s’agrippe à son siège, on sert fort le tissu ou le bras de la personne qui nous accompagne. On est pris au piège, sans aucun moyen de s’en sortir. Le spectateur est à l’image des personnages piégés dans un jeu de la vie qui ne laisse personne indemne. On en ressort à bout de souffle avec des étoiles dans les yeux, éblouit par autant de talent.

En effet, les acteurs jouent merveilleusement bien et parviennent à nous faire oublier que l’on est au théâtre. On est comme au cinéma : assis dans notre siège à regarder une histoire se dérouler devant nos yeux, sauf que là on peut se lever à la fin et applaudir les acteurs devant nous. Elodie Menant, la metteur en scène, a accompli un travail superbe que l’on ne peut que saluer.

(Critique extraite du site « le Beau et la bête)


À consulter également


Malvoyant
Thème par défaut

Top 10 des recherches